L’Agglomérat des Rêveurs est un espace dédié aux arts contemporains.


David Barnes

Poésie - Interview - Live - SpokenWord Paris


Adr

Ce poète errant a quitté la route pour fonder une communauté de poétique. En 2006, il créé le SpokenWord Paris : une scène ouverte polyglotte mais plutôt anglophone pour la poésie, le lire vivant, le slam, la musique et autres stand-up, théâtre, danse... David reste étonné par la réussite de cette soirée.

British mais parisien d’adoption, il a co-redacté l’anthologie Strangers in Paris (Tightrope Books, 2011). Auteur de nouvelles et de poèmes, il édite le magazine issue.ZERO en 2010 et 2011, puis commence la publication de The Bastille. Il est un anarchiste qui croit en la communauté et un psychothérapeute Gestaltist qui croit en l’humanité. Son chat s’appelle Toast.


Live

Addicted to Words (jazz Version)



Haut de page


Poésie


Butterfly effect


uncanny, this
contained chaos behind the solar plexus,
in that tangled galaxy of ganglia the size of an egg.
(the abdominal brain
radiating sympathetic nerves
from the pit of the stomach)
What holds its turmoil,
true as a spinning gyroscope
or the walls of a womb?

the name of your city unrolls maps
half here, half there
a quarter-turn of the world away
between Pittsburgh and Paris


Haut de page ou listes des poèmes


Higher than a high wire walker


she orbits earth/satellites the world
Hung out to dry, clotheslined to the capsule,
her breath is frozen crystals and hashish smoke.
What reels her in ?
her 3 year old son
the living cord
the pulse pulse oxygen rich and heat

She avoids eyes -
gravity wells, swirling down
through the plugholes of the soul.
Abstracts herself into the oblique
short circuits of Gilles Deleuze.
She talks up book deals that never happen
runs the rat-maze of her brain, spins the wheels
ratchets up "Nothing is real"
Who said that?
She counts the echoes that do not come,
believes that below those clouds,
there is no ground


Haut de page ou listes des poèmes


If God has just unplugged the sun


If God has just unplugged the sun we have only 8 minutes of heat !
Each calorific unit
radiated from a cooling sun
has crossed space as infra-red in the fraction above absolute zero
Fifty three million miles in 8 minutes !
This world a staging post only
on its journey towards entropy
its long fall through the billenia
unwinding order
unspooling the tape of DNA
this universe shooting into decay
God’s longshot
targeted on nothing
The lamps slowly going out across galaxies
dwindling to embers
to heat death
that state where
all energy is dispersed
so finely
as to be
absolutely
useless


Haut de page ou listes des poèmes


Bric-a-brac


she was the closest
she left a high-tide mark in the bath;
snapped bric-a-brac;
her cracked-up laugh
closed chapter, she.
life unfolds its concertina weeks into decades and
it’s not her
but this useless-unused stuff
that calls out something from sleepless sleep
life unfolds what I had;
as rainwater soaks
through a flimsythin box;
caving-in cardboard,
rusting locks


Traduction par Alex Joslyn :

elle fut la plus proche
elle a laissé de hautes traces d’écumes dans la baignoire,
accerbant son bric-à-brac
son rire fissuré
chapitre clos, elle
la vie concerte son concertina de semaines en décennies et
ce n’est pas elle
mais ces machins inutiles-inutilisés
qui harangue une part du sommeil sans sommeil
la vie dévoile ce que j’avais
comme l’eau de pluie infiltre
l’intérieur d’une piètrementmince boête
effondrement de carton
rouillant les rouages


Haut de page ou listes des poèmes



Interview

Cette interview a été publiée dans le magasine Barricade.


David Barnes, Ainsi parle le monde

Adr

Chaque lundi, David Barnes et Alberto Rigettini présentent tour à tour leur scéne anglophone : le Spoken Word.

HL : Qu’entends-tu par Spoken World ?

David Barnes : Une scène ouverte plutôt pour la poésie, c’est aussi une phrase connue en anglais. La seule limite est que chacun à cinq minutes maximum. J’ai commencé par créer un espace, avec un public comprenant l’anglais et c’est resté plutôt comme ça. Il y a une minorité de francophone, une minorité d’italianophone et beaucoup de passages.

H. Comment découvre-t-on ce rendez-vous ?

D. C’est plutôt par le bouche à oreille ou en googlant Spoken Word Paris. Un atelier d’écriture à Shakespeare Company [librairie, ndlr], chaque samedi, nourrit également le Spoken Word. Il y a un réseau dans le monde, nous ne sommes pas la seule soirée de poésie en anglais. Il y a plusieurs choses bilingues. Et donc souvent les gens me contactent pour me dire : « oh, il y a quelqu’un qui arrive à Paris qui est un grand poète, est-ce qu’il peut faire quelque chose ».

H. Pourquoi cette ville ?

D. J’ai fait beaucoup d’auto-stop et j’avais envie de vivre dans une grande ville quelques mois. J’ai trouvé qu’ici beaucoup de gens aiment la poésie et la littérature, des choses comme ĉa, c’est plus respecté qu’en Angleterre. Je suis un anglais qui habite en France depuis 2003.Le Spoken Word existe depuis 2006. Je deviens biculturel.

H. Comment t’es venu l’idée de créer cette scène ?

D. Quand je suis arrivé, j’ai commencé à lire mes trucs dans quelques bars. Il y avait des soirées de Slam franĉais et il y avait des soirées anglophones, mais plutôt pour les musiciens. J’ai commencé à faire de plus en plus de poésie dans ce genre d’endroit. Et comme finalement personne n’organisait ce que je voulais alors je l’ai créé pour pouvoir y aller.

H. Qu’est-ce qu’une bonne soirée Spoken Word ?

D. Qu’il y ait du monde, une bonne ambiance, des poèmes de bons niveaux techniques, passionnés, bien performeurs, qui encouragent la sincérité, qui me font penser, sentir quelque chose. Et dans une bonne soirée, j’ai vue, effectivement, j’ai gouté la vie intérieur de plusieurs gens, plus de vingt et bien sûr, j’aime bien un peu d’« humeur » et aussi rigoler, avoir des chansons. L’idée c’est faire une combinaison de poésie, musique, film, et un peu autres choses. La dernière fois, il y avait le boxing burlesque avec six poètes.

H. Tu abordes le lieu - actuellement un bar nommé chat noir - n’est-ce pas se revendiquer du Cabaret quand en plus tu portes un chapeau haut de forme ?

D. Oui, Cabaret. J’aime bien ce côté. En Angleterre, il y avait une tradition de poésie performance avant que les gens au Etats-Unis créaient le mot Slam et la forme des trois minutes, du concours. J’étais plutôt influencé par les punks poètes britanniques. Et là-bas, chez eux, il avait toujours un côté vraiment performance. (rire) Il y a une tradition théâtrale aussi du cirque. Actuellement, on fait la première partie pendant une heure, après on va dans le bar. Puis, on fait la deuxième partie et on retourne au bar. Il y a un côté vraiment communauté, c’est une grande famille, il y a beaucoup d’amis.

H. Pour toi, comment s’articule texte et performence ?

D. Les deux sont égales. Performer comme une pièce de théâtre. Ce serait dommage qu’un poète ne sache pas comment lire. C’est aussi lié à la poésie Beatnik. J’ai rencontré des gens plus vieux qui disent que ce qu’on fait actuellement c’est beaucoup comme dans les années cinquante, soixante. Mes références sont très Gainsbourg, Kerouac, des gens comme ça. Des gens du monde anglophone comme Joyce.

H. Et pour ceux que les kilomètres éloignent ?

D. J’ai eu l’idée d’un objet, un bel objet qui intègre quelques textes de poètes, pour diffuser un peu, présenter ce qu’on fait, fêter la scène qu’on a. On a trois niveaux de livres. Le chatbook, c’est un livre qui a un peu la taille d’un chapitre, mais ce qu’on fait, c’est des poèmes, on continue. On a « issu zéro » [revue] qui est un peu plus grand, et on a « Strangers in paris » [en rupture de stock dès sa sortie] qui est un roman par sa taille. C’est une anthologie avec de grands écrivains anglophones, et une autre génération venant du Spoken Word. Moi, je trouve très important d’avoir un publique et je voulais un publique plus grand que les lundi soir à paris.

H. Apparemment tu as réussi, puisqu’il existe des soirées à Brooklyn, Manhattan, au japon ?

D. Et aussi à Istanbul. J’ai pas de nouvel du japon. Istanbul ça marche bien, Brooklyn aussi. J’ai aussi quelqu’un qui veut créer en Norvège. Les gens reprennent la soirée avec le même esprit, disent-ils. C’est une communauté de soutien aux gens qui font quelque chose, qui veulent faire quelque chose.

HL Cellier


Haut de page


Navigation

Rubrique

À la une


Publications populaires

Thématique

& Compagnie