L’Agglomérat des Rêveurs est un espace dédié aux arts contemporains.

Écrit

Accés direct aux catégories : , & .


La Commune 140e

Amis, voisins
compagnons des chemins
laissez moi m’incliner,
avant de vous raconter,
si belle épopée.

Relevez vos chapeaux,
Révérez morts et héros
têtes hautes.

Camarade constatez,
contexte d’actualités,
contestez Communards ;
pour cette cent quarantième édition,
la Commune est proclamée !

Manifestons,
nos différences et nos fiertés :
Amitiés, Indépendances, Equités !

Rénovons nos acquis,
nous le devons à leurs cris.

N’oubliez pas,
l’aisance de la mort
amoureusement donnée.

Paris,
1871,
la veille,
la nuit,
Louise Michelle
fait son Tien An Men
et la garde garde ses canons :

Fraternellement égal frisson .. .

Prémisse, précédant au séisme ;
Baudelaire est teinté de thé
au jasmin prenant les armes
que Rimbaud va vendre !

L’armée versaillaise
charge la barricade,
bombe à Pétrole !

On brûle pour que rien ne danse,
Aussi continue-t-on sous le plomb !

Anicroches les gavroches
se succèdent sans trêve
le rêve se relève

Anecdote
à l’hôtel de ville,
la salle du trône
revient
à la compagnie des Lascars
devenus
compagnons l’étoiles.

Les visages du village :
un instant donné
en un instantané.

Au temps, d’un Hugo
qui peint un tableau
où il ne se bat pas,
misère mais pas misérables !

Victor Victoire pour nous
anonyme et éponymede la Butte aux Cailles
à la colline de Belleville

un empire d’éphémère, une souffle d’air, une inspiration ;
avant dispersion

Incendies et ravages..
mettre en flammes l’édifice
plutôt que
rendre en cendres
l’espoir :
la séparation de l’église, la mosquée, la synagogue
et l'État

Unicité & union
puisque nous vivons
ensemble
des débats, des ébats à bâtir
parlons
une langue pour nous comprendre
nous mettre en joie
de tous pays :
bienvenue à toi !

Fou de faim,
reddition,
vie pour rien ;
ou bien,
escapade
d’une Estrade
installée
à coups
de poings
de pieds
chassons
les charognards
de nos Machines de Guerre
Avec elle
l’idéal
au bout de la parole !

Fin ou début des lumières
enfants ou mercenaires
exécutions sommaires
l’alibi et la répression,
la guerre et la régression
que le vingt-et-unième siècle en soit lassé :

Liberté !

L’avenir pour oriflamme flambe !
Les généraux sont partis au début de la fin.

De quel côté se constituent
menaces et violences
du parti qui prend l’ascendance
et inversement
quand les pavés virent aux rouges
où implose une société,
explosent des corps
chaires de cerises et noyaux d’os !

En rime ou en prose,
en cris ou en sons;
la liste des enragés engagés s’allongent :
élitistes et royalistes
les forbans, les bagnards ;
les passants, les trainards ;
aux prisons surpeuplées
aux fossés, aux charniers !

Les poètes écrivent avec leur sang,
disait Neruda : il n'y a pas qu'eux ;
sels et sueurs
aliment les semaines sanglantes
ricochent sur les proches :
le même ciel pour porche !

Liberté !

HL Cellier

Poésie

A

Au gré du hasard
par Istina

L’Art est mort
par Ypnova

Aubade en Balade
par HL Cellier

B

Butterfly effect
par David Barnes

Bric-a-brac
par David Barnes

C

La Commune 140e
par HL Cellier

D

Dans tes crevasses
par Aline Kerneïs

G

Un grain
par Sebseb

H

Higher than a high wire walker
par David Barnes

I

If God has just unplugged the sun
par David Barnes

K

Kiki de Montparnasse
par Wonderjenn

M

"Man in Forest"
par Georgina Emerson

"My baby is drawn in the dark"
par Georgina Emerson

P

La pelle et la paix
par David Goudreault

La page blanche
par Pyrrhus

Pierrot
par HL Cellier

R

Rebut
par HL Cellier

Renaud Futur
par Piéton

S

Spoken Word Paris
par HL Cellier

Sans titre
par Piéton

Sans titre
par Pyrrhus

Sans scrupules...
par Pyrrhus

Sans titre
par Istina

Sans titre
par Istina

Se laisser vivre
par Istina

Sans titre
par JaAfari

U

Untitled
par Georgina Emerson

Untitled
par Alex Joslyn

La révolte de l’homme
par Lokomotive


Haut de page


Nouvelle


Haut de page


Article


Haut de page


Navigation

Rubrique

Thématique

& Compagnie