L’Agglomérat des Rêveurs est un espace dédié aux arts contemporains.

Écrit

Accés direct aux catégories : , & .


Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas

6ème jour : Vendredi ou de la mauvaise humeur en art de vie


Vendredi, nous partons pour « Baie St Paul », elle m’engueule pour les courses et l’essence, ce que je dis c’est « complétement crétin » et elle veut donc acheter des trucs à manger genre pain de mie avec cheddar à : « Baie St Paul ».

En chemin, nous rencontrons un écrivain trainant en pleine rue. C’est une caricature ce mec. Genre Edouard Baer en québécois, avec une grande mèche qui lui cache le visage et des lunettes de soleil. Il a un petit établi dans la rue principale de ce bourg dépeuplé. Il y étale ses livres, un truc comme « Ne le dit à personne », j’ai adoré. Sa petite boutique est vite remplie. Le DVD inspiré de l’ouvrage (la bande annonce vue depuis son iPhone ne rend pas hommage à l’œuvre), les prix remportés dans les foires aux livres « de par le monde ! » ... Son concept : il n’a pas utilisé deux fois le même mot dans l’ensemble de ce roman de presque 1 cm 1/2 d’épaisseur. Je regarde sa mèche virevolter pendant qu’il discute avec Amélie. Au bout d’un moment, je me mords la lèvre pour retenir un fou rire. Il lui dit son amour de la littérature : « Tu sais, je fais l’amour avec la langue !!! » - texto - il l’a vraiment dit... A cet instant, il m’a semblé que son toupet n’arrêtait pas d’osciller. Il mimait le propos mieux que ne l’eut pu faire un appendice buccale et baveux. Connaissant Amélie, elle porte surtout intérêt aux compliments et il en rajoute : « sa beauté se reflète dans » je ne sais plus quoi et blablabla ... Ces deux narcisses se sont biens trouvés : « Ah ! Quand même, pas deux fois le même mot ce doit être dur ! » blablablabla, etc. Il lui dit qu’il lui offre le DVD si elle achète le livre, elle lui dit qu’elle va repasser. Dès la porte close, elle m’engueule parce que je ne l’ai pas aidé à se débarrasser de l’artiste.

Vers 16h, encore aux goûts d’Amélie - mais enfin - on mange. Puis, on prend la route d’un camping. Pour ce soir, on loue un petit chalet avec un lit double et un petit lit superposé au-dessus. En fait chaque jour, on part vers 11h, cinq heures de route et on rentre dans un gite ou hôtel à 17h30... Puisqu’elle tient à des chambres onéreuses, peut-être cherche-t-elle à rentabiliser au maximum...

Cette nuit-là, il pleut et y’a des « bibites » (des pinces-oreilles, araignées et moustiques) dans le chalet. Avant de dormir, je bois quelques canettes de bières sur la terrasse, sous le parapluie pendant qu’Amélie fume et zappe la musique que j’ai apporté selon ses gouts. C’est à dire presque toutes les chansons. J’écrase les bêtes qui l’ennuient. Le lendemain, elle a si mal dormi qu’on va se taper le gite quatre étoiles avec vue sur la baie de « Tadoussac ».

Paulette Hirma


Retouver directement les catégories : , & .

Poésie

A

Au gré du hasard
par Istina

L’Art est mort
par Ypnova

Aubade en Balade
par HL Cellier

B

Butterfly effect
par David Barnes

Bric-a-brac
par David Barnes

C

La Commune 140e
par HL Cellier

D

Dans tes crevasses
par Aline Kerneïs

G

Un grain
par Sebseb

H

Higher than a high wire walker
par David Barnes

I

If God has just unplugged the sun
par David Barnes

K

Kiki de Montparnasse
par Wonderjenn

M

"Man in Forest"
par Georgina Emerson

"My baby is drawn in the dark"
par Georgina Emerson

P

La pelle et la paix
par David Goudreault

La page blanche
par Pyrrhus

Pierrot
par HL Cellier

R

Rebut
par HL Cellier

Renaud Futur
par Piéton

S

Spoken Word Paris
par HL Cellier

Sans titre
par Piéton

Sans titre
par Pyrrhus

Sans scrupules...
par Pyrrhus

Sans titre
par Istina

Sans titre
par Istina

Se laisser vivre
par Istina

Sans titre
par JaAfari

U

Untitled
par Georgina Emerson

Untitled
par Alex Joslyn

La révolte de l’homme
par Lokomotive


Haut de page


Nouvelle


Haut de page


Article


Haut de page


Navigation

Rubrique

Thématique