L’Agglomérat des Rêveurs est un espace dédié aux arts contemporains.

Médiathèque

Accè direct aux œuvres les plus populaires des sections : , & .


David Goudreault, L’Oralité à son poète


Adr

L’homme semble calme, rieur, puis au détour d’une phrase, l’intensité du dire pour seul motif, ses pupilles se dilatent, il prend toute son ampleur de poète. Encore méconnu du grand public, David est portant Champion du Monde de Slam, performeur jusque dans la chanson, ayant quitté pour un temps son Québec natal, il vient inviter à la parole.

HL : David, comment te présentes-tu ?

David Goudreault : Je me présente comme un humain intéressé par la parole. La tienne, la mienne parfois mais voilà c’est tout. J’ai l’impression que j’ai besoin de me garder des portes ouvertes. J’aime pas non plus quand on me donne une étiquette, la plupart du temps, je me présente comme poàte de l’oralité. J’ai l’occasion parfois d’avoir une tribune pour partager ce que je crois, ce que je pense, ce que je ressens et c’est un tràs grand privilège que j’essaie de rendre en finalement mettant sur pied des activités.

H. Comment parler de ce que tu fais ?

D. Il faut nommer les choses, c’est une poésie de l’oralité et parfois une poésie écrite autant que faire ce peu. En ce moment j’ai travaillé pour l’écrit, en vers libre et les figures de style qui sont si cher à l’oralité, l’essai. Est-ce que c’est du rock and roll, du rap, de la chanson ? Si ça me plaît et que le texte est au rendez-vous peu importe. J’irais avec ce qui représente le mieux ce que je ressens ou ce que j’ai envie d’exprimer. Je dirais qu’il y a une confusion qui ne me dérange pas trop mais qui pourrait déranger certaines personnes qui ont besoin de codifier et parfois même protéger les termes. Avec l’étiquette poète de l’oralité, c’est suffisant pour traiter cette confusion, me ramener à l’essentiel qui est la parole, la prise de parole et le passage de la parole.

H. Accepterais-tu d’aborder ta démarche?

D. Je sais que mes poèmes ne changeront pas le monde, mais ils vont changer le mien et puis déjà moi de pouvoir m’exprimer ça m’aide et de pouvoir aider des gens à le faire, ben ça donne sens à ma vie, alors déjà si je suis mieux dans ma peau et puis que ma vie a du sens grâce à la parole, grâce à la poésie que ça inspire un enfant par année ben ça vaudra la peine que je le fasse encore pendant des dizaines d’années. Donc oui, comme engagement de pouvoir prendre parole, de donner l’exemple qu’il faut prendre parole, de créer des endroits où on peut prendre parole, c’est en soi, je trouve un travail, ou un combat, noble.

H. Comment l’aventure a-t-elle commencé pour toi ?

D. Le slam en tant que tel, en 2008, suite à une invitation. En même temps, il y a plusieurs années d’écriture en arrière, autant de poésie que de rap, de nouvelles littéraires. Je suis venu à l’écriture très jeune, ça a été vraiment une résilience pour moi, j’étais dans des relations très dysfonctionnelle au niveau familiale. Et à travers l’écriture d’histoires où je faisais mourir beaucoup de jeunes, j’arrivais à exprimer un certain mal être et une certaine détresse que je vivais enfant. Dès l’adolescence, ça s’est transformé en rap et avec le temps, tranquillement un peu plus de la poésie écrite.

H. Que penses-tu de la coupe du monde de slam ? Toi son vainqueur l’an passé, comment te perçois-tu dans ce sport ?

D. Cette année, on va être très bien représenté ! Il y a Guy Perrot qui fait quelque chose de très intéressant. Le Québec pourrait pour une deuxième année avoir la coupe du monde. J’étais heureux de participer à cette compétition, de rencontrer des poètes internationaux, de tisser des liens avec les poètes, les slameurs français. On est déjà en 2012 et comme le disais si bien Frédéric Dard : « on ne peut jamais demeurer numéro un, mais on aura toujours été premier ». Au niveau slam, c’est plutôt dans l’animation des scènes et dans des ateliers de création où j’explique ce qu’il en est. Présentement je ne fais pas de compétition. En revanche, je fais encore des spectacles solos, des projets musicaux. Eventuellement la compétition me rappellera à elle, je le sens. C’est une maîtresse qui ne nous laisse pas nous éloigner trop longtemps [rires].

H. Le mot slam rimant souvent avec égo, qu’en dis-tu du haut de ton titre de champion de monde ?

D. C’est important de souligner dans l’article qu’on a eu à s’engueuler avec un homme qui croyait que voilà on essayait de mettre des titres et plus dans le béton [à peine la question posée]. Les soirées slam, c’est surtout écouter, chacun a le droit au chapitre et c’est le besoin d’aucun diplôme et il n’y a aucun frais à payer, aucun sexe à avoir, aucune religion, origine, peu importe... Oui, prendre parole, mais pour mieux la rendre ! Un des grands malheurs de l’humanité c’est que nous sommes égocentriques. La tâche de l’humain je crois en gagnant en maturité est de passer de l’individu à la collectivité. Dans mon quotidien, je suis travailleur social et je vois le désagrégement du tissu social, je vois dans l’individualisme et l’égocentrisme tous les malheurs que ça fait vivre à bien des gens... Je prends autant plaisir à écrire, à performer qu’à écouter les autres, c’est là que l’échange ce fait. Les gens seuls peuvent être heureux, les gens isolés sont tristes et l’égocentrisme par définition isole. Dans les faits, je profite déjà beaucoup de cette victoire-là donc je sens pas que j’ai besoin d’en rajouter pour aller chercher un gain de plus.

H. Des projets ?

D. Sur trois ans, des cabarets à Sherbrooke, la ville où je suis installé, Pour essayer de mélanger le plus possible les styles, donc d’augmenter la confusion, on va inviter des slameurs, des poètes, des romanciers. Il va y avoir vraiment des conteurs donc on essaye que les gens se mélangent le plus possible. J’essaie de me promener dans tous ce qui est autour de la parole. Et aussi, là je vais avoir deux publications. L’une aux écrits des forges une en juin qui s’appelle à l’Endroit de nos visages, en collaboration avec Yolande, et une à l’automne, un recueil qui s’appelle Premier Soin.

H. Qu’est-ce qui t’inspire ?

D. L’inspiration vient assez naturellement. J’arrive à m’étonner encore beaucoup. Une croyance profonde qui s’est dessiné avec les années dans le fond moi je crois que ce qui est au cœur de l’expérience humaine, c’est toute la relation aux autres. Je crois que l’humain est un animal social qui se définit dans le contexte de ces semblables et qu’au final ce n’est que les relations qui donnent sens à nos vies et tous ce qui la comporte d’imperfection, de difficultés et de miracle.

H. Qu’est l’écriture pour toi, comment t’y prends-tu ?

D. C’est un plaisir encore aujourd’hui et souvent c’est quelque chose qui se présente un peu à l’improviste et que j’essaie de plus en plus d’accueillir. Je me suis muni d’un dictaphone mais, malgré tout, j’ai toujours un crayon avec moi, j’ai souvent des bouts de papiers dans mes poches avec pleins d’idées, plein de verres, un peu lancé, écrit dans n’importe quelle circonstance. Puis, je me réserve un moment souvent privilégié avec moi-même et la feuille blanche. Là, je ramasse tous ces bouts de papiers là, je transcris le dictaphone, et j’essaie de mettre le tout ensemble pour créer quelque chose de cohérant. Peut-être à l’image de notre met traditionnelle québécois qui est la poutine, je trouve que tout ça bien mélangé ensemble ça le fait !

HL Cellier


Accè direct aux œuvres les plus populaires des sections : , & .


Hautde page


Écrit


Poésies populaires :

Rebut
par HL Cellier

La pelle et la paix
par David Goudreault

"Man in Forest"
par Georgina Emerson

La Commune 140e
par HL Cellier

Butterfly effect
par David Barnes


Articles les plus lus :

A Sorta End to a Sorta Relationship
par Georgina Emerson

David Goudreault, L’Oralité à son poète
par HL Cellier

Wonderjenn, Universellement Jenn
par HL Cellier

So many ways to say " I quit "
par Georgina Emerson

The Absence of Olive Sacks
par Georgina Emerson


Panel de nouvelles :

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Samedi 6ème : « A force de trop travailler, Jack devient un mauvais garçon » par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Jeudi passons la 5ème : A fond sur la Ford-Mustang par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Mercredi 4ème : Rugie furie, valse à la nuit par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Dimanche 1er : jour de visite à Montréal, scène d’effroi acte 1 par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Lundi 2ème : c’est si tôt le matin,
désarroi acte 2 par Paulette Hirma

Le Picarillo de Belleville
par Françoise Galland

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Prélude par Paulette Hirma

Quel Bazard
par Benjamin

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Mardi 3ème : pourquoi suis-je venue ? par Paulette Hirma

La Picarilla de Belleville
par Françoise Galland


Haut de page


Navigation

Rubrique

Thématique