L’Agglomérat des Rêveurs est un espace dédié aux arts contemporains.

Médiathèque

Accè direct aux œuvres les plus populaires des sections : , & .


Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas

Lundi 2ème : c’est si tôt le matin,
désarroi acte 2

Lundi, on part tard après qu’elle ait bu sa cafetière, fumé six clopes, rangé ses affaires, pris sa douche, comme tous les jours pas avant 11h. J’attends depuis 9. Pendant qu’elle inonde la salle de bain, je lis le mot qu’elle a laissé à nos hôtes. Elle annonce qu’on leur fera « à manger ce soir ». Je n’ai jamais vu Amélie casserole en main, même dans les Sims. Avant de sortir, elle m’engueule parce que j’oublie de fermer la porte derrière elle.

Elle achète un gel douche et du shampooing pour les vacances et moi une brosse à dent. Je suggère la marque repère. Elle gueule, ça abime la peau. Je la laisse prendre ce qu’elle veut, j’men fout... à chaque distributeur, elle tire un peu plus la gueule en n’y arrivant toujours pas.

Au restaurant de « Flamenkusche » (?!) il y a des guêpes, notamment une qui tourne autour de mon verre de jus d’orange - oui jus d’orange, à quoi bon - je l’enferme dedans. Là, Amélie super vénère me fait son regard de la mort et m’envoie : « T’es chiante, tu sais que j’aime pas ça ! » Je suis confuse, mais en même temps j’ai du mal à comprendre - ça pique ces bêtes là - je suggère qu’on s’en aille, puisqu’on a fini... D’un coup sec elle rétorque : « Ben faut p’t’êtr qu’on paye ! » Je me charge d’aller chercher la serveuse ; puis en partant, elle attend... que je libère la guêpe.

Elle est si vite fatiguée qu’on rentre après avoir acheté une carte routière. Il n’y avait qu’un modèle pour le Québec. Je l’encourage à la prendre, elle me toise et me lance que je ne comprends pas, que c’est complètement crétin, pas assez détaillé. Elle me semble parfaite,je dis rien. Finalement après bien des magasins, comme c’est la carte « officielle », l’unique, on l’a acheté.

On n’a pas trouvé de supermarché. On s’arrête au dépanneur et là elle me regarde et attend : « On prépare quoi à dîner ? »J’en sais fichtre rien... On fait trois fois le tour du dépanneur. Y a que des conserves. Je lui demande si c’est bien ce qu’elle avait annoncé : un « dîner », suggérant qu’on ferait p’t’êtr mieux de voir avec Marianne pour trouver de la nourriture plus adéquate. Elle s’emporte comme quoi oui elle l’avait spécifié et renchérie qu’elle me l’avait dit. Amélie se casse en colère et sort un dernier : « comme quoi tu m’écoutes jamais ! »

On croise Marianne sur le chemin, je viens d’allumer une clope : « T’allumes ta clope on est arrivées... » j’aurais pu en fumer trois sans me presser. Ce soir-là, le père de Jérôme visite leur nouvel appartement, son fils a fait des hamburgers et puis les cigarettes en cachette.

La brosse à dent que j’ai achetée ressemble à celle d’Amélie. Je me trompe et la souille de mon dentifrice bon marché. Voyant son regard houleux, afin de limiter les dégâts, on fait un échange et je récupère la vieille brosse souple et élimée. Le mauvais sommeil, elle claque les tiroirs sous le lit, où a-t-elle mis ses affaires, remue d’insomnie... Au matin, c’est repartit...

Paulette Hirma


Accè direct aux œuvres les plus populaires des sections : , & .


Hautde page


Écrit


Poésies populaires :

Rebut
par HL Cellier

La pelle et la paix
par David Goudreault

"Man in Forest"
par Georgina Emerson

La Commune 140e
par HL Cellier

Butterfly effect
par David Barnes


Articles les plus lus :

Today’s hmm
par Georgina Emerson

Piéton, Dresseur de MoTs
par HL Cellier

Ypnova, Le Plasticien des MoTs
par HL Cellier

Penny’s Open Mic
par Georgina Emerson

Getting Press at 3 Literary Events
par Georgina Emerson


Panel de nouvelles :

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Samedi 6ème : « A force de trop travailler, Jack devient un mauvais garçon » par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Jeudi passons la 5ème : A fond sur la Ford-Mustang par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Mercredi 4ème : Rugie furie, valse à la nuit par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Dimanche 1er : jour de visite à Montréal, scène d’effroi acte 1 par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Lundi 2ème : c’est si tôt le matin,
désarroi acte 2 par Paulette Hirma

Le Picarillo de Belleville
par Françoise Galland

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Prélude par Paulette Hirma

Quel Bazard
par Benjamin

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Mardi 3ème : pourquoi suis-je venue ? par Paulette Hirma

La Picarilla de Belleville
par Françoise Galland


Haut de page


Navigation

Rubrique

Thématique