L’Agglomérat des Rêveurs est un espace dédié aux arts contemporains.

Médiathèque

Accè direct aux œuvres les plus populaires des sections : , & .


Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas

Samedi 6ème : « A force de trop travailler, Jack devient un mauvais garçon »

Samedi on file vers « Tadoussac » en traversant par « Charlevoix ». Dans la brume, on ne voit rien du paysage réputé magnifique, à un moment on s’arrête à un petit « Port au Persil ». Amélie fume pour oublier le mauvais temps, car chaque jour Amélie réclame son soleil et le répète « il est où le soleil, il est où ». J’évite de laisser visible cet unique sourire de la journée, je suis sûr qu’elle verrait ma moquerie.

Au bout de la jetée, on observe des belugas (petites baleines de 4 m de couleur blanche). Elle a vu son beluga en fumant, elle est contente. On continue vers « Tadoussac ». Amélie ne veut plus faire la croisière pour voir les plus grosses baleines parce que ça exploite les baleines. Je comprends donc que dans son bestiaire les baleines sont gentilles comme les guêpes, à l’inverse des moustiques, pinces-oreilles et araignées...

Il y a aussi les « cacas d’œil », sans arrêt : « Ah, attends j’ai un caca d’œil ! » Elle passe un temps fou devant les glaces à retirer ces excédents. Une fois, elle m’a demandé de vérifier, j’ai dis non et arrivée au premier miroir, elle en a vu un ! Comme d’habitude, cris, énervement « ÉH ça, c’Est pas un CACA d’ŒIL peut-être !!! » Y aussi les « rototos » quand elle mange trop de « skittles »... Le tout commenté : « Caca d’œil rototo caca d’œil rototo caca d’œil rototo » Avec cadence et récurrence, dès que mes paupières se ferment, j’ai des visions du début d’Eraserhead, je confonds les formes d’Amélie avec celles d’Alien ou de n’importe qu’elle autre mante religieuse... comme acculée par une horde de zombie, je me retiens d’hurler : « Ta mère suce des bites en enfer !!! » avant de foncer dans le tas tronçonneuse à la main... Finalement, je ne vais pas acheter ce disque de black-métal.... La fadeur même à tout.

Dans le programme, on mange à 16h30, je commence à avoir des brûlures d’estomac à force, mais comme elle se plaint déjà pour deux ; et puis ben, il est l’heure de filer au Gîte **** avec vue sur la baie. A l’arrivées, un mot sur la porte indique d’ouvrir l’armoire, de décrocher le téléphone et de composer un numéro pour joindre les gérants. Amélie s’exécute, une voie de femme nous propose une chambre à gauche. Elle me dit d’aller voir, j’y vais, reviens, confirme la qualité de la chambre. Amélie raccroche et découvre la pièce. Elle aperçoit alors le lit défait ...détail du drame, importance suprême, elle me trouve des plus connes, à force de me le répéter, je le deviens en effet. Il faut donc rappeler les gens, démêler jusqu’au bout l’imbroglio, il s’avère que la femme de chambre a oublié. On nous invite à aller manger en ville pendant qu’elle revient, après la fin de sa journée, préparer la chambre... Manger chouette, Amélie choisit un snack dégueu, je bois de l’eau. On revient, elle est crevée. Elle dit rien, fume, va se faire un bain.

Paulette Hirma


Accè direct aux œuvres les plus populaires des sections : , & .


Hautde page


Écrit


Poésies populaires :

Rebut
par HL Cellier

La pelle et la paix
par David Goudreault

"Man in Forest"
par Georgina Emerson

La Commune 140e
par HL Cellier

Butterfly effect
par David Barnes


Articles les plus lus :

A Sorta End to a Sorta Relationship
par Georgina Emerson

David Goudreault, L’Oralité à son poète
par HL Cellier

Wonderjenn, Universellement Jenn
par HL Cellier

So many ways to say " I quit "
par Georgina Emerson

The Absence of Olive Sacks
par Georgina Emerson


Panel de nouvelles :

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Samedi 6ème : « A force de trop travailler, Jack devient un mauvais garçon » par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Jeudi passons la 5ème : A fond sur la Ford-Mustang par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Mercredi 4ème : Rugie furie, valse à la nuit par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Dimanche 1er : jour de visite à Montréal, scène d’effroi acte 1 par Paulette Hirma

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Lundi 2ème : c’est si tôt le matin,
désarroi acte 2 par Paulette Hirma

Le Picarillo de Belleville
par Françoise Galland

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Prélude par Paulette Hirma

Quel Bazard
par Benjamin

Bon voyage sur air communal, vous n’en reviendrez pas
Mardi 3ème : pourquoi suis-je venue ? par Paulette Hirma

La Picarilla de Belleville
par Françoise Galland


Haut de page


Navigation

Rubrique

Thématique